La Prise de Parole en Public : Ne me souhaitez pas une belle journée !

People photo created by master1305 – www.freepik.com

« Belle journée à vous. » lit-on dans les mails professionnels.

Jamais le marketing du développement personnel n’aura autant investi notre quotidien.

« Belle journée » renvoie donc au beau. Au superficiel donc ? La personne me souhaite une journée superficielle ?

Je pose la question parce que j’aimerais bien savoir ce que me souhaite quelqu’un qui me dit « Belle journée« . Je sais ce que signifie que de dire « Tiens, aujourd’hui sera une belle journée« . Cela signifie qu’il va faire beau. Mais lorsque quelqu’un me dit « Belle journée », je n’ai pas l’impression qu’il me parle de météo.

Même quand il pleut, qu’il fait froid je peux passer une bonne journée.

Mais si cette personne souhaite que ma journée soit belle, concrètement, que veut-il dire ?

Est-ce qu’il me souhaite qu’il ne m’arrive que de belles choses ? Ou des jolies choses ?

Je ne suis pas un enfant, pourquoi me parlerait-il comme à un gamin de 5 ans ?

Parce que bien entendu, cela n’est pas possible de « belles choses ». Au pays des Elfes, des fées et des Lutins lumineux peut-être. Mais sur Terre chez les humains, il est très rare qu’une journée soit remplie de belles choses.

A moins que l’émetteur du « Belle journée » ne vive lui-même dans un fantasme puérile mentalisé qui le mène à fuir la réalité concrète de nos vies humaines. A moins que le fait de parler de belles choses ne lui permette de garder une vraie distance vis-à-vis de la réalité brute de notre quotidien.

Alors oui, là je commence à comprendre.

Donc en fait, c’est lui l’enfant. Pas moi.

C’est vrai que finalement, nos vies humaines ne sont construites au quotidien qu’autour d’événements, de faits et de rencontres qui nous procureront des ressentis physiques, des sensations, des émotions. Mais nous ne serons plus dans le domaine du beau ou du fantasme.

Nous serons dans le domaine du vécu, du concret, du présent. Nous sortirons du monde de la sensiblerie pour le monde du ressenti. Physique.

Parfois la journée sera dure car elle portera en elle son lot de frustrations ou de déception, mais si elle se termine par une tout petite victoire, nous aurons le sentiment d’avoir passé une bonne journée. Parfois le soleil sera là, nous ne vivrons aucun désagrément mais l’ennui sera tel que nous finirons la journée avec un sentiment d’inutilité et une fatigue liée à notre inactivité.

Dans tous les cas, nous aurons le sentiment d’avoir ressenti. D’avoir vécu. Cela ne nous empêchera pas de rêver à de belles choses le soir en nous endormant.

Je crois que certaines personnes ont fait du développement personnel un culte. Une religion. Et ils mélangent tout : ils injectent de la religion dans le quotidien, à tout va, pour tout et n’importe quoi.

Souvent cela s’inspire de la culture chinoise. Mais les chinois se disent bonjour comme des humains. Seules les moines ont un cérémonial pour se saluer. Est-ce que celui qui me souhaite une « Belle journée » se prend pour un moine ou un prédicateur ?

Il faudra que je leur précise que c’est dans les églises que les croyants prient Dieu ou Marie, ou bien chez eux. Mais au quotidien, dans la vraie vie, ils disent juste « Bonjour, je voudrais une baguette, bien blanche. Merci. Bonne journée. »

Pour résumer ma pensée, je vous renvoie à cet athlète présenté sur ce mur d’escalade en début de billet.

Lui souhaiteriez-vous une belle escalade ?

Quoi que vous lui disiez, ce qu’il veut c’est ressentir, atteindre ses limites, les dépasser et avoir le résultat de son effort dans son corps. Après être descendu, il vous dira qu’il s’est régalé, qu’il a pris du plaisir, qu’il a eu peur, qu’il s’est fait mal mais en aucun cas il vous dira « Hmm c’était une laide ascension« .

Peut-être le soir fera-t’il une prière ou rêvera-t’il de belles choses. Mais en aucun cas il ne mélangera les deux univers.

En tant qu’orateur, je suis convaincu que ce qu’attendent les gens c’est de vivre des expériences concrètes, engageantes et qui les fassent se sentir présents dans l’événement, d’égal à égal.

C’est du moins ma vision de la prise de parole.

Le leadership se développe par la connexion d’humain à humain. Pas de gourou à adepte.

Dans tous les cas, si un jour nous nous croisons. Dites-moi « Bonjour« , « A bientôt » ou « Bonne journée« .

Cela suffira largement à me rendre heureux.

Recevoir les billets chez moi